vivre et servir

Sciences de l’âme

Glossaire

A
B
C
Conscience de groupe
La conscience de groupe est considérée dans les écrits d’A.BAILEY comme un stade de conscience qui transcende la conscience individuelle, caractéristique de l’homme. L’homme ordinaire est simplement conscient de lui-même, individu distinct, séparé des autres hommes.
Mais par la conscience de groupe, l’homme perçoit ses propres pensées individuelles en tant qu’aspects d’une vaste conscience dont il n’est qu’un élément particulier. Dans cette conscience, il ne se conçoit plus comme le centre d’où émanent des impressions et représentations conscientes mais comme un point focal de perception parmi une multitude d’autres. Cette multitude pourtant constituée d’individus distincts, enregistre l’étendu du champ de conscience contacté par le groupe qu’ils forment. Cet état de conscience qui semble nouveau est pourtant inhérent à l’âme qui habite en chacun de nous.
Mais puisque l’âme existait bien avant que l’homme individuel ait été créé par elle, ce stade de conscience avancé préexistait aussi au développement de la conscience individuelle à laquelle nous sommes habitués. On pourrait dire que la conscience individuelle, caractéristique de l’humanité incarnée, est l’expression maximale que la conscience de groupe parvient à atteindre à l’aide d’un « mécanisme humain ordinaire ». Pour oser une illustration, on pourrait dire aussi que la luminosité de la Lune est le maximum de la lumière solaire que sa surface parvient à réfléchir. Dans cette comparaison, la lumière solaire est la conscience de groupe, la surface lunaire est le mécanisme psychique humain et la luminosité de la Lune est la conscience individuelle résultante.
A notre époque, de plus en plus d’individus se rendent aptes à enregistrer cette conscience de groupe originelle, sans la réduire à une perception individuelle et séparée. C’est la raison pour laquelle s’étendent plus facilement, dans les sociétés humaines d’aujourd’hui, les idées de solidarité, de fraternité, de coopération et d’interdépendance. Le Tibétain dit que cette conscience de groupe est promise à un large essor pendant l’âge du Verseau qui vient de commencer.
D
Disciple
Un disciple est dans les enseignements d’A. BAILEY une personne qui a trouvé en elle-même par le contact avec sa propre âme une source de vie spirituelle. Cette personne s’est alors engagée dans une discipline personnelle pour devenir un instrument efficace de transmission de cette vie spirituelle au bénéfice de son prochain. La source spirituelle que le disciple contacte ne l’oblige pas à s’exprimer dans le champ strict de ce que l’on appelle le « domaine spirituel ». Tout ce qui contribue à l’élévation de l’homme est spirituel ; l’activité d’un disciple peut s’étendre au secteur de la politique, de l’enseignement, des arts, de la culture, des sciences autant qu’aux domaines religieux et spirituel proprement dit.
E
F
G
H
Hiérarchie - Plan
La Hiérarchie est un terme utilisé dans les enseignements d’A. BAILEY pour désigner le centre d’où émane l’activité spirituelle de Service sur notre planète. Ce centre est constitué par le rassemblement des âmes de tous les hommes mais non de leurs personnalités. Ces âmes ainsi assemblées sont réceptives à l’intention spirituelle de ce grand Etre dont le corps matériel est la planète Terre, sur la surface de laquelle nous vivons avec les autres règnes de la nature. Il est dit que la Hiérarchie forme le centre du Cœur dans le corps éthérique de ce grand Être planétaire. Dans la Hiérarchie, se trouvent des êtres qui ont dépassé le stade humain de conscience, ce sont des Initiés et des Maîtres de Sagesse. Leur tâche est de programmer et d’organiser le travail de Service entrepris par toutes les âmes humaines. Le programme de Service édifié en concertation par ces êtres avancés est appelé Le Plan, dans les ouvrages d’A. BAILEY. Lorsqu’un individu incarné est devenu, dans une certaine mesure, conscient de l’existence du Plan et qu’il se consacre à sa matérialisation dans l’existence matérielle, il est un disciple.
I
Initié
Ce terme dans sa connotation ésotérique, désigne le stade de développement d’un être humain qui lui permet d’exprimer la partie spirituelle de son être. Ce qui distingue le stade humain de développement de la conscience est la présence du principe de la Raison que la philosophie de l’ésotérisme nomme « le Mental ». L’homme ordinaire est identifié à son Mental ; c’est ce Mental qu’il désigne lorsqu’il dit : « je ».
Mais la philosophie ésotérique considère que l’homme ordinaire est en devenir et que certaines parties de sa propre nature psychique lui sont encore inconnues. Ces parties sont l’âme (ou conscience causale), et l’esprit (ou monade) qui est l’étincelle divine dans l’homme. L’initié est celui dont la conscience du « Je » ne réside plus dans le mental mais dans l’âme ou l’esprit. Il y a, en conséquence, différents degrés d’initiés.
J
K
Karma
Bagage avec lequel l’individu se réincarne et qui s’exprime dans sa vie sous la forme d’inclinations de caractère. Le karma prédispose également l’individu à vivre des évènements qui l’obligeront à faire un plein usage de son libre arbitre afin d’acquérir un parfait sens des responsabilités face à toutes les créatures qu’il rencontre lors de son parcours terrestre.
L
Logos planétaire
Le logos planétaire est l’entité spirituelle qui informe notre planète. Selon la tradition ésotérique, toutes les planètes du système solaire sont des corps de manifestation pour de grandes entités spirituelles qui dans un très lointain passé ont traversé et dépassé l’évolution humaine. Ces entités sont réunies autours du logos solaire qui les utilise comme des centres de distribution d’énergies de sa vie et sa conscience cosmique. Le logos planétaire de la Terre est appelé Sanat Kumara dans la tradition ésotérique. Dans la Bible on se réfère à lui sous le nom de Melkitsedek, l’Ancien des jours.
Notre Logos planétaire exécute les Plans du logos solaire dans la sphère d’influence de la Terre. Il est, toutefois, à son haut degré d’évolution, considéré comme un « Dieu imparfait » car l’aspect le plus élevé de sa nature spirituelle, l’Esprit, ne s’exprime pas encore librement au sein de son corps de manifestation, la Terre. La période actuelle (une période de plusieurs centaines de milliers d’années) lui voit offrir l’opportunité d’accéder à un stade de maîtrise plus avancé des évolutions (les règnes de la nature) qu’il guide sur la planète. C’est pour lui l’occasion d’une prise d’Initiation qui devrait lui permettre d’exprimer l’Esprit qui est en lui et devenir ainsi une « planète Sacrée », selon l’expression consacrée de l’ésotérisme. Les forces à l’œuvre dans ce processus initiatique affectent l’équilibre des règnes de la nature et notamment celui du règne humain qui peut selon la loi du libre arbitre aider ou entraver ce processus.
M
N
Nouvel âge
Le Nouvel-âge est une période qui selon les références de plusieurs traditions ésotériques commence à notre époque et coïncide avec l’arrivée de l’Ere du Verseau. Cette Ere astrologique qui succède à celle des Poissons devrait offrir de nouvelles forces provenant du cosmos qui aideront à l’instauration de conditions de vie plus solidaires dans les sociétés humaines.
O
P
Q
R
S
Service
Le Service est un concept réccurent et essentiel de l’enseignement du Tibétain.
La vie de l’âme de l’Homme s’exprime aussi naturellement par le Service que sa personnalité recherche la satisfaction ou le bonheur.
L’impulsion vitale qui fait vivre l’âme, la porte spontanément vers l’action de transmettre la Lumière, l’Amour et la Vie qu’elle reçoit de la Divinité. Le Service de l’âme consiste alors simplement pour elle à s’exprimer librement à travers l’homme incarné, la personnalité. Mais la personnalité est un reflet de l’âme, elle en est une image inversée comme dans un miroir. Pour cette raison, le don de Lumière, d’Amour et de Vie par lequel l’âme sert, ne s’exprime pas par la capacité de la personnalité à donner mais plutôt par l’aptitude à recevoir. Le service pratique pour une âme en incarnation consiste à faire naître la Lumière et l’Amour dans l’autre et non à simplement lui donner sa propre Lumière. C’est par une disposition de la personnalité à recevoir que s’opère alors le service qui éveille le rayonnement de l’autre. C’était là tout le sens de la maïeutique de Socrate qui éveillait l’intelligence de ses interlocuteurs en attisant l’aspiration, qu’il décelait en eux, de chercher sincèrement la vérité.
C’est pourquoi, aussi, le Christ qui est le prototype du Serviteur, « enlève le Péché du Monde » selon l’expression catholique. Il reçoit la Lumière, l’Amour et la Vie des hommes mais entachés du matérialisme avec lequel ils vivent.
L’apprentissage du Service par le disciple consiste à se détacher de sa propre lumière et désirer de tout son cœur, voir s’exprimer celle de ceux qu’il cherche à aider. Le Tibétain nommait le développement de cette aptitude au service : habileté en action.
Système solaire
Dans les ouvrages d’H.P. BLAVATSKY et d’A. BAILEY, le terme Système Solaire désigne une notion très différente de celle que les sciences astronomiques lui attribuent.
Pour l’ésotérisme issu principalement de la Tradition Indienne, le Système Solaire est l’apparence que revêt la vie d’une grande entité cosmique dans le corps de laquelle vivent d’autres hiérarchies d’êtres moins développées. Cette grande vie cosmique est considérée comme le prototype de l’homme, qui est à une échelle minuscule, constitué comme elle. L’identité de constitution entre eux ne réside pas dans leurs apparences corporelles puisqu’un corps humain ne ressemble en rien à un système solaire avec son cortège de planète, mais se réfère au modèle psychique sur lequel ils sont bâtis. Ce modèle psychique comporte, pour tous deux, un Esprit qui les engendre et les fait vivre, une âme qui les relie aux autres créatures conscientes de l’univers et un corps par lequel leur évolution est possible.
Le Système Solaire, tout comme l’homme est soumis à la Loi d’évolution cyclique ou Loi de renaissance. Il est dit que nous vivons actuellement dans le second système solaire et qu’un troisième succèdera à celui-ci. Mais, les périodes de temps que la tradition ésotérique Indienne assigne à ces systèmes solaires (3000 milliards d’années) sont bien supérieures aux durées que la science moderne indique pour la vie des étoiles (au maximum 15 milliards d’années).
T
U
V
W
X
Y
Z